Ce projet de recherche doctorale est publié a été réalisé par Guy Pujolle

Description d'un projet de recherche doctoral

Détermination de modèles de quantification de la qualité de l'information du WEB pour la mise en oeuvre de processus de confiance d'aides à la décision

Mots clés :

Résumé du projet de recherche (Langue 1)

Si le nombre d’internautes ne cesse d’augmenter,le visage d’Internet ne cesse également d’évoluer. Le Web a déjà en effet subit ses premières transformations profondes. Les internautes ne sont plus de simples consommateurs mais deviennent aussi des contributeurs actifs et réactifs. Du Web 1.0, où Web de diffusion, est né le Web 2.0 qui est considéré comme un Web communautaire, associatif, participatif, social et doté d’une intelligence collective. Le travail collaboratif, les communautés, les réseaux sociaux sont des exemples de manifestation de la dimension sociale du Web 2.0. L’un des apports également important du Web 2.0 est sans doute l’intégration de la dimension sociale dans le cycle de vie de l’information. Toutes ces nouvelles caractéristiques font que le Web 2.0 est aussi devenu le Web des opinions et des intentions. Les tentatives de manipulation, de désinformation, l’emploi de la rumeur sont de plus en plus présents sur cette toile immense et protéiforme. En ce début de XXIème siècle, l’Internet et ses réseaux sociaux ont aussi démontré leurs forces sur les opinions publiques et leurs pouvoirs d’actions sur des enjeux politiques et géopolitiques mondiaux. Mais dans cette masse de données gigantesque que représente aujourd’hui l’Internet, la question de la subjectivité et la qualité de l’information devient de plus en plus une réelle problématique de sécurité globale et sociale. Les recherches sur la qualité de l’information ne sont pas nouvelles. Elles sont véritablement apparues avec l’avènement des grosses bases de données. Les résultats des travaux effectués sur les bases de données ont ensuite été utilisés comme éléments de base à la recherche de la qualité de l’information dans l’Internet. Les méthodes pour déterminer cette qualité ont évolué au rythme de l’évolution de l’Internet. Il reste néanmoins encore bien des efforts à déployer. De nouvelles voies de recherche s’ouvrent associant les sciences sociales, l’informatique, l’intelligence artificielle pour parvenir à fusionner de la confiance informationnelle au Web et apporter une forme de confiance somme toute relative dans ce nouvel « cyberespace ». C’est bien dans ces nouvelles perspectives de recherche et principalement sur les aspects techniques et informatiques que les travaux de cette thèse s’inscrivent. Il s’agira de proposer des solutions permettant de quantifier, coter la qualité des informations provenant de l’Internet dès lors que ces informations doivent être intégrées dans des processus décisionnels qu’ils soient automatiques, semi-automatiques ou exclusivement humains. Les solutions envisagées sont la construction de modèles et algorithmes de calcul de la qualité de l’information dans des contextes espace-temps donnés et à partir de fonds informationnels bornés comportant de potentielles incertitudes et degrés d’influences. Ces modèles et algorithmes fourniront des niveaux dans une échelle de qualité de l’information. Deux approches, formelle (i) et participative (ii), seront étudiées dans un premier temps puis la combinaison des deux. (i) L’approche formelle se fera par la mise en œuvre de métriques permettant de mesurer et de quantifier un niveau de qualité de l’information. (ii) L’approche participative prendra quant à elle en compte les potentiels offerts par le volet social, relationnel et sociologique du Web 2.0 en particulier les aspects communautés, la diffusion de l’information et le cycle de vie de l’information.